BlogNutrition

Les produits laitiers… en consommer ou les éviter ?

par Marie Comte, diététicienne

Les produits laitiers… Voilà un sujet qui fait couler beaucoup d’encre…  Nous avons trouvé important de nous pencher sur ce sujet, qui soulève tant d’interrogations et de répondre, au mieux, à certaines questions que vous vous posez peut être. Lait, yaourts, fromages et tant d’autres encore… On peut dire que les produits laitiers nous offrent une palette de saveurs et de textures des plus diversifiées, pour notre plus grand plaisir gustatif.

Les apports du lait

Le lait est un aliment plutôt faiblement énergétique même si sa teneur en matières grasses influencera nettement cette donnée. Il sera préférable de choisir un lait demi-écrémé pour un apport correct en vitamines tout en maîtrisant l’apport en acides gras.
Il est une excellente source de calcium, de phosphore et de vitamine D qui, ensemble, contribuent notamment à la formation des os et des dents, ainsi qu’au maintien de leur santé. Le lait complète bien le régime végétarien étant une excellente source de vitamine B12 avec une teneur en protéines intéressante, deux nutriments qui peuvent faire défaut à ce choix alimentaire. Sélénium, vitamine B5, vitamine B2 et vitamine A, très importants dans la formation de nombreuses réactions de notre organisme, sont également bien présents dans la composition nutritionnelle du lait. Le lait est un aliment intéressant sur le plan nutritionnel, qui lorsqu’il est dérivé en yaourts ou autres fromages change complètement ses apports.

Le plaisir dans tout cela ?

Très ancrés dans notre culture, les produits laitiers font partie des incontournables de l’alimentation française. Qui n’a pas littéralement craqué devant un superbe plateau de fromages ou un gourmand chocolat chaud un soir d’hiver…? L’incontournable « yaourt  » et les « petits suisses » au gout régressif de la fin du repas ne font-ils pas partis de votre quotidien ? Oui les produits laitiers sont partout et beaucoup d’entre nous disent ne pas pouvoir s’en passer. Mais alors que faire de toutes ces polémiques ?
Nous pensons que la première question à se poser est la suivante, « Est-ce que je supporte bien ces produits ? ». Si vous avez envie de tester la suppression de ce groupe de votre alimentation « Est-ce que je me sens mieux maintenant que je n’en mange plus ? Y a-t-il une différence ? Si oui, laquelle ? ». En réalité, nous sommes sans arrêt interpellés par des informations contradictoires. Telle étude (menée par tel lobby) a prouvé que tel aliment est bon pour votre santé et à l’inverse telle étude contraire (menée par un lobby concurrent) a prouvé que ce même aliment est un poison. Comment savoir où donner de la tête et qui croire ? Nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui ne savent simplement plus quoi manger. Et si vous interrogiez le principal concerné ? Votre corps est là pour tout vous dire, alors écoutez le ! Observez vous !

Notre corps est-il fait pour boire du lait ?

Nous avons dans notre corps ce que l’on appelle des « enzymes ». Ces enzymes ont différentes fonctions et notamment celle de la digestion de nos aliments. Nous allons nous pencher sur une enzyme en particulier, la lactase. Cette dernière a pour mission de digérer le lactose, sucre présent dans le lait, ou plus précisément de le couper en deux molécules, le glucose et le galactose afin que notre organisme puisse le digérer.
À la naissance et jusqu’à 7 ou 8 ans, nous disposons d’une production naturelle d’une grande quantité de lactase. Cela nous permet de digérer le lait maternel dans un premier temps puis le lait de vache, par exemple. Après 7 ans, notre corps produit 90 à 95% de moins de lactase voir même pratiquement plus pour certaines personnes. On estime que 65 % de la population mondiale est incapable de digérer le lait à partir de l’âge de 7 ou 8 ans. D’un point de vue biologique, le lait est donc un aliment essentiellement destiné aux enfants, que seule une minorité d’adultes peuvent consommer régulièrement.
On note cependant que dans les régions de la planète où l’on consomme le plus de produits laitiers, on connait une variation génétique induisant une production de lactase persistante à l’âge adulte. Ce qui explique pourquoi certains digèrent très bien le fameux sucre. Adaptation ou sur-adaptation de notre corps, la question reste entière…
Si nous y réfléchissons bien, ne sommes-nous pas les seuls mammifères à boire du lait à l’âge adulte ?

Après avoir brièvement abordé ce sujet, la question reste encore et toujours ouverte ce qui est très souvent le cas en alimentation… Et vous, quelle est votre opinion ?